Le recrutement

Si vous êtes étudiant à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, il vous est possible de poser votre candidature pour les différents mandats offerts, et ce que vous soyez inscrit à la première année au baccalauréat ou encore aux cycles supérieurs.

Les projets pour l’année 2017-2018 sont maintenant disponibles. Consultez le document d’information ci-dessous. La date limite pour poser sa candidature est le vendredi  22 septembre 2017 à 23:59.

Pour soumettre votre candidature, envoyez-nous le formulaire d’inscription, disponible ci-dessous, ainsi que votre curridulum vitae, à notre adresse courriel : probono.umontreal@gmail.com.

Bonne rentrée à tous!

 

Les documents importants pour l’année 2017-2018 :

Les documents pour l’année 2017-2018 sont maintenant disponibles!

Si vous n’arrivez pas à télécharger l’un ou l’autre des documents, écrivez-nous à probono.umontreal@gmail.com et nous vous l’enverrons dans les meilleurs délais.

N’hésitez pas à visionner notre vidéo promotionnelle PBSC afin de vous inspirer!

Témoignages

En tant que bénévole pour le réseau national d’étudiants pro bono, j’ai participé à un projet de recherche avec un groupe d’étudiants visant à fournir à notre client, Parkinson Québec, de l’information relative au droit du travail et aux personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Ce projet m’a permis d’affiner mes compétences de recherche et de fournir une aide significative aux personnes concernées. En fournissant à l’organisation les renseignements nécessaires pour aider leurs clients, j’espère contribuer à rendre le droit plus accessible aux personnes vulnérables.

–   Kyra Tuwaig, 2016-2017

 

En tant qu’étudiante en droit de l’Université de Montréal, j’ai eu la chance de m’impliquer dès ma première année dans le programme Pro Bono. Ce fut une expérience très enrichissante malgré mes connaissances limitées dans le domaine du droit. J’ai eu la chance de me familiariser avec les bases de données spécialisées ainsi que d’en apprendre davantage sur le travail d’un avocat en milieu communautaire. Puis, en tant que finissante, j’ai eu la chance d’occuper le poste de co-coordonnatrice du programme, c’est alors que j’ai constaté le travail colossal de chacun des étudiants dans les différents organismes et l’aide que chacun d’entre nous pouvons fournir aux organismes ainsi que l’importance de notre travail. En tant qu’étudiante, le travail Pro Bono nous rapporte sur tous les plans. En effet, il nous permet de nous familiariser avec le monde juridique, d’appliquer les principes appris en classe à des cas pratiques, de pratiquer nos facultés à faire de la recherche, etc. Ainsi, en plus d’aider autrui, ce qui est des plus gratifiants, cette implication nous permet de nous développer en tant que futur(e) avocat(e).

–   Marie-France Comtois, Co-coordonnatrice 2011-2012

 

J’ai vraiment aimé mon expérience à CALACS car on avait beaucoup d’autonomie. Nous étions deux en charge de former et d’informer toutes les militantes de l’organisation. C’était un gros succès et je suis très fière de notre travail! C’était une très belle expérience!

–  Alissa Stachrowski, CALACS, 2011-2012

 

Your commitment to engaging law students from early on in the pro bono tradition helps to ensure that, just as no person is above the law, so, too, is no one below the law.  In so doing, you play an invaluable role in ensuring that your country remains a beacon of justice, freedom, and equality.

–  Bill Clinton, on the 10th anniversary of Pro Bono Students Canada, November 2006

 

Mon implication dans la clinique juridique Juripop m’a apporté beaucoup de connaissances d’ordre juridique et de techniques de recherche et de rédaction. Mon projet m’a permis d’approfondir mes connaissances en droit de la consommation. Définitivement, je recommande à tous de faire partie d’une telle équipe.

Mon poste sur le Comité Pro Bono m’a permis de combiner mes intérêts pour la gestion de projet et pour le droit notarial. Il m’a également permis d’échanger avec des professionnels du droit et des professeurs de la Faculté, ce qui a été grandement enrichissant. Un tel poste permet de développer sa créativité et sa capacité de travailler en équipeFaire partie du Comité Pro bono, c’est avoir une famille sur le campus.

–  Sylvianne Fréchette, VP projet connexe, JURIPOP, 2011-12

 

Mon expérience au sein de Pro Bono m’a permis de développer mon sens de l’autonomie et de mettre en pratique les différentes techniques de recherche. Il ne faut pas non plus négliger l’importance du travail d’équipe
l’intérieur du groupe et l’entraide. Pro Bono nous permet non seulement de faire bénéficier la communauté de nos connaissances en matière juridique, mais également de bénéficier d’un contact avec ladite communauté qui est réellement enrichissant.

–   Roxanne Duhaime, VP projet connexe, 2011-2012

 

J’ai décidé de participer au programme Pro Bono parce qu’il représentait un défi intéressant et une opportunité unique d’élargir mes connaissances et de partager les miennes. J’ai été jumelée à un organisme qui protège les droits des handicapés visuels. On m’a confié un travail de recherche où j’ai eu l’occasion de prendre part à un vrai cas pratique. Cela m’a amenée à entrer en contact avec plusieurs personnes et j’ai pu observer la réalité des relations de travail. Les choses ne se sont pas toujours passées sans obstacles, mais cela reste un côté important de l’apprentissage. En général, c’est une expérience qui m’a permis de développer ma débrouillardise et mon sens de l’initiative. On découvre des facettes du droit qui ne peuvent pas être enseignées en classe, et pour cela je considère que c’est une formation très utile.

–   Léa Denicourt-Fauvel, Regroupement des aveugles et amblyopes
du Montréal métropolitain, 2011-2012

 

As a non-profit organization with limited staff and resources, the CCLA could not accomplish what it does without the help of committed volunteers.  Pro Bono Students Canada is an important resource for finding legal volunteers. The fact that it is a national program with chapters in every law school across the country also helps ensure a level of quality control and supervision that isn’t possible with all other volunteers.  We are grateful for the work that is done by our PBSC students and hope to continue our partnership with PBSC for many years to come. 

–   Cara Faith Zwibel, The Canadian Civil Liberties Association (CCLA)

 

L’année passée, alors que j’étais en 1e année de droit, j’avais eu l’idée de participer au programme pro bono. En me disant pas suffisamment prête ni capable de remplir une telle tâche, j’avais finalement arrêté les démarches tout juste avant l’entrevue, une décision que je n’avais, à ce moment, pas vraiment regrettée. Ce n’est qu’en septembre dernier, alors que j’entamais ma seconde année, que j’ai ressenti le besoin de passer à un autre niveau et d’aller plus loin dans mon apprentissage. Certes, les cours étaient différents et je prenais de plus en plus d’assurance en droit.

Cependant, non seulement avais-je l’impression d’entrer dans une zone de confort, ce qui se voulait moins stimulant, mais aussi avais-je remarqué que je n’avais jamais vraiment été en contact avec le droit. C’est ainsi que l’idée de participer au programme m’a retraversé l’esprit et, cette fois-ci, pour de bon. Afin de développer mes aptitudes avec la clientèle et de communiquer le peu de connaissances acquises dans le domaine juridique, j’ai jeté mon dévolu pour un comité de logement qui a pour objectif d’aider des locataires du quartier avec les problèmes qu’ils peuvent rencontrer concernant leur logement. Évidemment, j’avais plusieurs appréhensions avant de commencer le programme. Toutefois, je me suis sentie très à mon aise dès le début du programme avec le comité de logement et j’ai alors compris que je pouvais réellement avoir un impact, si petit soit-il, dans la vie des gens. Depuis ma première rencontre, je n’ai cessé de communiquer le peu de connaissances que j’avais, mais surtout, d’en apprendre sur la pratique du droit et sur moi-même. Il est intéressant d’étudier tant de choses en droit au fil des cours, mais selon moi, il d’autant plus motivant de pouvoir mettre en pratique ses connaissances. Pro bono a été pour moi une façon de saisir un peu plus le travail à accomplir plus tard dans une future carrière, de grandir dans mon apprentissage et, par le fait même, d’aider avec mon bagage personnel des gens, des locataires. Maintenant, je regrette la décision
prise en 1e année. J’aurais eu la chance de vivre une expérience enrichissante et de plonger rapidement dans le domaine du droit. Pro bono m’a permis de m’épanouir un peu plus dans mon domaine d’étude en plus de me permettre d’aider concrètement des gens. C’est une expérience à recommencer à coup sûr et à recommander à tout étudiant curieux et motivé !

–   Geneviève Arsenault, Oeil Côte-Des-Neiges, 2009-2010